La vie du chantier

Construisonsnotre route ensemble

VALORISER LE TERRITOIRE HAUT-SAVOYARD

GRÂCE À TOUS CEUX QUI TRAVAILLENT AVEC NOUS

Soucieuse de l’environnement dans lequel se situe l’A41N, AREA a pour ambition de réaliser un projet s’inscrivant en tout point dans la région Annecienne. Ainsi, à toutes les étapes du projet, AREA sollicite des savoirs locaux.

Plus d’une quinzaine d’entreprises de Savoie et Haute-Savoie sont mobilisées sur les travaux de réaménagement de l’autoroute.

Les domaines concernés sont variés et couvrent de nombreux métiers et activités : des études aux travaux d’enrobés, en passant par le transport des matériaux ou encore le terrassement.

À titre d’exemples :

  • Pour la réalisation du bétonnage des différents ponts et murs, deux importantes centrales à béton qui sont Vicat, à Cran-Gévrier et Ceccon, basée à Annecy, approvisionnent le chantier, avec selon les phases plus de 10 toupies et autant de chauffeurs.
  • Mithieux, une autre entreprise basée à Annecy est chargée, en plus des travaux de terrassement et d’assainissement, d’une partie importante des dévoiements des réseaux. Elle missionne un effectif de 5 à 10 personnes selon les phases de travaux.
  • Trois sociétés de la région mobilisent plus de 35 ouvriers rien que pour les travaux d’enrobé (d’abord pour effectuer le rabotage des anciennes chaussées, puis la pose des nouvelles).

Le ratio entre les entreprises locales et nationales est très important, approchant les 80 %. Au total, ce ne sont pas moins de 150 employés du territoire, qui s’occupent chaque jour des chantiers de l’A41N. Ce chiffre atteint près de 200 personnes en élargissant à la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Côté paysage, les pépinières locales seront sollicitées pour la fourniture des diverses plantations qui cloront l’aménagement.

AREA et les Annéciens partagent une ambition commune : améliorer les mobilités pour fluidifier et fiabiliser les trajets sur ce tronçon de l’autoroute, tout en préservant le paysage et libérant l’horizon vers les montagnes.

Un spectacle « pontastique » !

Dans la nuit du mardi 9 avril, la charpente du nouveau pont de la D1201 sur la commune de Pringy a été déposé. Il a été le premier des quatre nouveaux ouvrages enjambant l’A41, dont les charpentes ont toutes été mises en place au cours du mois d’avril.

L’opération a nécessité un travail minutieux qui a commencé aux alentours de 22 h pour se terminer au petit matin et un matériel impressionnant. Trois grues – dont une de 1200 tonnes, unique en France – ont été nécessaires pour soulever la charpente métallique de 200 tonnes.

Et après ?

D’ici le mois de juin, les ouvrages vont être terminés et raccordés à la route. Une fois les nouveaux ouvrages mis en service, les anciens ponts vont être déconstruits entre le mois de juin et de juillet 2019.

La sécurité, notre priorité !

Pendant toute la durée des travaux d’aménagement de l’A41, les conditions de circulation sur l’autoroute sont modifiées. Sur la zone en chantier, la vitesse est limitée à 90 km/h pour la sécurité des automobilistes et celle des femmes et des hommes sur le chantier.

Afin de réduire la gêne occasionnée, le trafic sur l’autoroute est maintenu pendant les travaux. Sur la zone en chantier, délimitée par un marquage au sol jaune, la circulation s’effectue sur deux voies réduites : 2,80 m pour la voie de gauche et 3,20 m pour la voie de droite (contre 3,50 m habituellement), et sans bande d’arrêt d’urgence. Dans cette configuration, la vitesse est réduite à 90 km/h et il est très important de respecter les distances de sécurité. Cette limitation permet de diminuer le risque et la gravité des accidents. Aux heures de pointe, elle est aussi un moyen de fluidifier la circulation et de mieux maîtriser les temps de trajet.

Giratoire de Pringy

Le rétablissement de la D1201 est fait

Le 10 janvier dernier, la circulation sur le nouveau giratoire et le raccordement de la D1201 au nord de Pringy ont été rétablis. Retour sur les coulisses de ce chantier.

Dans le cadre de l’aménagement de l’A41, AREA a réalisé un carrefour giratoire sur la D1201 au nord de la commune de Pringy, rendu nécessaire pour connecter la future déviation de Pringy située le long de l’autoroute. Les travaux ont démarré en septembre, avec le dévoiement des réseaux.

La construction du giratoire a en effet été l’occasion d’enterrer les réseaux de télécoms et d’électricité qui étaient jusqu’alors aériens sur ce secteur. Le réseau d’eau potable a également été dévoyé pour laisser place à la route. Ce nouveau giratoire étant haut perché (plus de 4 m par endroits), il a nécessité la construction d’une rampe.

Les travaux ont mobilisé de nombreuses équipes pour réaliser dans les meilleurs délais le rétablissement de la D1201. Pour sécuriser le chantier et limiter la gêne occasionnée, une déviation provisoire a été réalisée et des alternats de la circulation ont étés mis en place.

Prochaine étape : donner à cette tranche la configuration définitive de son tracé une fois le nouvel ouvrage d’art permettant de franchir l’A41 terminé en sortie de Pringy.

10 ZONES D'ACTIVITÉS SUR LE CHANTIER

L’aménagement de l’A41 Nord avance à grands pas. Ouvrages, déviations, giratoires… en ce début d’année, retour sur les principaux points d’avancement.

Outre les terrassements en cours sur les 7 km élargis de l’autoroute, une dizaine de chantiers sont à l’œuvre en parallèle. Chacun est placé sous la responsabilité d’un chef de chantier. Une centaine de personnes et plusieurs entreprises sont mobilisées pour mener à bien ce projet avec AREA.

Nouveaux ouvrages

_

Depuis la démolition du pont enjambant l’A41 sur la commune d’Allonzier-la-Caille, des pieux ont été bâtus de chaque côté de la chaussée (à près de 8 m de profondeur) pour préparer les fondations des culées du nouvel ouvrage, qui sera installé au printemps prochain. Contrairement au précédent, celui-ci n’aura pas de pile centrale. En parallèle, la construction de trois autres ouvrages d’art est engagée sur les communes d’Annecy (secteur Pringy) et Fillière (secteur Saint-Martin-Bellevue). Les ponts actuels, ne permettant pas d’accueillir le nouveau tracé élargi, seront déconstruits après la mise en service des ouvrages neufs prévue au début de l’été 2019. En procédant ainsi, AREA limite la gêne pour les automobilistes en maintenant la circulation sur les ponts. Les passages inférieurs ont été prolongés pour permettre d’accueillir, à terme, le tracé élargi.

Déviation de Pringy

_

Le nouveau giratoire est terminé !
Cet aménagement a été l’occasion de dévier et d’enterrer des réseaux.

L’enrobé a été appliqué le 14 décembre.

Valorisation des terres agricoles

_

Les excédents de matériaux du chantier sont traités directement sur place afin d’éviter de les transporter. Ils seront ensuite utilisés pour réaménager 5 hectares de terrains agricoles. Afin de permettre un retour aux pâturages, un boviduc va être créé sous la D1201.

Le saviez-vous ?

_

Pour faciliter la fluidité du trafic pendant les travaux, les alternats de circulation sont limités sur les zones impactées. Sur les hauteurs de Pringy, un petit giratoire provisoire a été construit pour gérer et sécuriser les accès au chantier en réduisant au maximum l’impact sur la circulation. La D1201 et l’autoroute étant très proches, la majorité des accès se font par la départementale. Ils ont donc été au maximum regroupés au niveau de ce giratoire.

La valse des ponts

Dans le cadre du projet, il est nécessaire de recalibrer les ponts passant au-dessus de l’autoroute. En octobre, un premier pont enjambant l’A41 Nord a été démoli. Retour sur cette première phase de réaménagement qui ouvre la voie à la construction/démolition de trois ouvrages pour permettre l’élargissement de l’autoroute.

La démolition du pont situé sur la commune d’Allonzier-la-Caille a été effectuée dans la nuit du 10 octobre. Dès l’après-midi, le matériel avait été approvisionné de part et d’autre de l’ouvrage.

Pour protéger l’enrobé, une couche de sable de 30 cm, recouverte de plaques métalliques, a été appliquée sous le pont à démolir. Cette opération terminée, la démolition de l’ouvrage en béton de 48 m a démarré à l’aide de 6 engins.
L’évacuation des quelque 500 tonnes de déchets a été suivie du balayage des voies et de la remise en place des glissières de séparation pour permettre la réouverture de l’autoroute.
La nuit suivante, l’A41 Nord a été à nouveau fermée pour terminer la démolition des culées situées à chaque extrémité du pont. Au total, la démolition de l’ouvrage a mobilisé une trentaine de personnes.
« L’ensemble du béton et de l’acier a été évacué sur une plateforme située à 1 km, où il sera trié et concassé pour être recyclé », précise Philippe Halary, responsable grands projets chez AREA.
Et ensuite ?
Un nouveau pont, plus long, mais surtout sans appui central, va être reconstruit à la même place. En mars 2019, les fondations seront creusées de part et d’autre de la chaussée pour construire les culées et bâtir le nouvel ouvrage en mai-juin.
Trois autres ouvrages d’art, dont les appuis ne permettent pas l’élargissement de l’autoroute, seront déconstruits après la mise en service d’ouvrages neufs situés à proximité sur les communes d’Annecy et Fillière. La construction des nouveaux ponts a démarré, le premier (supportant la RD 1201 en prolongement de la déviation de Pringy) devant être livré en juillet 2019 et les deux autres avant l’automne 2019.
Afin de limiter l’incidence sur la circulation, le trafic sur l’ancien pont ne sera pas interrompu avant la mise en service du nouvel ouvrage.

SANDRA QUIVET

Chef d’orchestre du projet

Sandra Quivet est conducteur d’opération grands projets au sein de la Direction de l’innovation, de la construction et du développement du Groupe APRR depuis 2012.

« Ce projet a la particularité de nécessiter une interface très forte avec le Département de la Haute-Savoie qui réalise en parallèle la déviation de Pringy et bientôt le doublement de la D3508. L’un des enjeux est de minimiser la gêne des clients alors que le trafic est très important et ne cesse de croître.
La phase préalable de ce projet a été longue en raison du temps accordé aux négociations et à la concertation. Ce travail de discussion est fondamental pour que le projet réponde aux attentes de chacun et soit accepté.

Par conséquent, réaliser un ouvrage répondant aux attentes de l’exploitant, des clients, des riverains et des collectivités tout en respectant les délais et le coût est un réel challenge ! »

PHILIPPE HALARY

Un œil technique sur tous les fronts

« En tant que maître d’œuvre, le principal défi sur ce chantier, qui fait appel à de nombreux corps d’état, est de gérer l’intervention d’une trentaine d’entreprises et de coordonner les fermetures de circulation avec les travaux prévus sur les routes alentours. »

« Dans une première phase, mon travail a consisté à recueillir les besoins du maître d’ouvrage pour proposer un projet qui limite les acquisitions foncières, soit réalisable sur le plan technique dans le respect d’un budget acceptable, explique-t-il. Ensuite, il a fallu monter les dossiers administratifs pour obtenir l’arrêté de Déclaration d’Utilité Publique ainsi que des dossiers relatifs à l’archéologie, l’environnement et techniques permettant la consultation des entreprises. Mon rôle est aussi d’assister la maîtrise d’ouvrage : je suis intervenu auprès des collectivités concernées par le projet pour négocier, présenter et finalement le faire accepter.

Il faut coordonner le planning des interventions de nombreux corps d’état, mais aussi avec la déviation de Pringy longeant l’autoroute et les travaux à venir de doublement à 2×2 voies sur la D3508 qui mène à l’aéroport »